jeudi 19 mai 2016

errant dans la maison la paupière en berne




Une ancienne élève à moi, Laura G. à mon avis, excellente photographe, m'a donné l'idée sans le savoir, de cette photo parlante d'une journée trempée par les averses, où on est bien à la maison, où il est parfaitement légitime de traînasser en pyjama, la paupière en berne et le cheveu gras, souriant idiotement de fainéantise...

La culpabilité contre moi : 0-1

p.s: n'allant plus au soleil faire bronzette, je ne suis plus météopathe.
Ce qui fait que j'en apprécie d'autant plus les journées de pluie. C'est la nature absorbant de tous ses orifices la fraîcheur de l'eau.

A' propos, on s'en souvient tous...

Il pleut doucement sur la ville 

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville,
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur?

O bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits!
Pour un coeur qui s'ennuie
O le chant de la pluie!

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s'écoeure.
Quoi! nulle trahison?
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi,
Sans amour et sans haine,
Mon coeur a tant de peine!

Verlaine, Romances sans paroles, 1874

mercredi 18 mai 2016

reptilia

Désert du Kalahari? Du tout. Chez nous, dans notre jardin, à Bergame,  cet exemplaire minuscule (et très rare, selon l'avis de l'expert, mon voisin Paolo, naturaliste de formation et de profession !) de gecko engourdi de sommeil, tout droit sorti de sa cachette hivernale. Un brin rebutant, il est cependant très attendrissant et désarmant, je trouve, avec ses pattes en forme de boules de gomme.





Le gecko est , je le découvre, considéré comme sacré et il porterait bonheur.

vendredi 13 mai 2016

naturemania



Mais vous avez vu cette forêt vierge?? Perso, je suis bluffée.. Mes plants de tomates piqués tout tout petits fin mars sont devenus en mai des géants impressionnants de majesté et de vigueur promettant des kilos de tomates bien joufflues! Généralement, ils atteignent cette taille au mois de juillet. Enthousiame excessif? Peut-être...mais franchement, je suis fascinée! The secret? Une astuce découverte l'été dernier au jardin botanique de Bergame et observé aussi dans les potagers danois.

Ainsi,
planter des capucines dans le même pot que les plants de tomates leur a apporté non seulement une belle touche de couleurs mais aussi une protection contre les pucerons, les nématodes et autre insecte destructeur qui raffolent des racines de plants de tomates ! En pot, au jardin, elles font bon ménage et en cuisine aussi. Les fleurs et les feuilles de capucine sont bonnes à manger et pleines de bienfaits!  La plante de capucine est réputée pour ses propriétés diurétiques, digestives etc. Mettre des feuilles ou des fleurs dans les salades les  aromatisent, elles ont une saveur légèrement piquante qui rappelle le raifort que j'adore ( de la famille des radis) ! Maintenant que les plantes sont bien grandes, je vais l'essayer en infusion.

La plante est très belle, elle a de grandes feuilles en forme de bouclier d'un beau vert brillant et des fleurs jaunes, rouges ou orange à éperon qui rappellent la forme d'un casque! Les grecs l'appelaient tropaion qui signifie trophée, l'arme des vaincus dans l'Antiquité. 



1.Dans les pots de tomates, j'ai planté des capucines naines et grimpantes provenant de la pépinière de Francesca.
2.J'ai également planté les tubercules et c'est sorti tout seul. 
3.Je n'utilise aucun engrais. Par contre, les plants de tomates ont grandi dans ma petite serre de terrasse.
4.Site de référence pour ce post: www.naturemania.com

Ici, les plants avaient un mois.




lundi 9 mai 2016

4 ans !!!!!




Mes fidèles et adorables visiteuses et visiteurs,

le blog a 4 ans et je vous avoue que sa première vocation de havre de paix solitaire , d'éden bienheureux, de non-lieu accompli n'a pas pris une ride! Pas une!
Il reste à mes yeux le lieu sacré de mes états les plus joyeux, rieurs et radieux! C'est le nuage de légèreté indulgente et douce d'où je m'épanche, parfois ouvertement, souvent subtilement. Silencieuse je le suis, longtemps même, toutefois jamais je ne le boude!
Je me souhaite et vous souhaite d'y trouver toute la gaieté et la dolce vita désirées ! On vous adore! (les chats, moi et tout et tout...)



p.s. j'ai mis 3 heures !!!!!!!! pour préparer ce machin qui requiert de vraies connaissances de graphisme tant c'est ardu et complexe! J'y ai mis toute ma bonne volonté, mais le résultat, je sais, je sais, est totalement fabuleux perfectible!!! On a bien rigolé, note...

p.s. la musique du clip est tirée du sublissime album Chemical Chords des Stereolab, "Self Portrait with Electric Brain", of course! ♥



billet musical du jour

dimanche 1 mai 2016

See you in heaven, gattina ...


de-ci de-là, flâneries italiennes.

Du Musée des Sciences Naturelles de Bergame, où l'on s'est confronté avec grande désinvolture au prodigieux effet du temps sur l' espèce animale ( 700.000 ans et exister encore !) et humaine (81 ans et ne pas les sentir !...). Encore un heureux anniversaire au babbo!



Aux prodiges de l'architecte, Andrea Palladio, où se délecter de toute cette perfection.

Théâtre Olympique, Vicence
La Place des Seigneurs, Vicence
Martine et Don Bortolotto sur les terrasses de la Basilique Palladienne, Vicence



mercredi 27 avril 2016

quand j'invite ma soeur Nath à écrire un post sur mon blog ...

WEEK-END à Rome à Bergame, par Nathalie.

Quand un jour de mars, notre cousin Terry de Malo nous propose à papa et moi, de venir en Italie manger polenta e osei, la réponse ne s'est pas fait attendre. nous nous sommes regardés et nous sommes dit : Bergamo-Malo? Polenta-Osei... mmm... ça va le faire! C'est ok, pour 4 jours!
De plus, la cerise sur le gâteau : les 81 ans de papa tombant à la perfection dans cette escapade d'avril où l'occasion de fêter l'octogénaire en herbes nous était donnée!


Ainsi, au soir du 26 avril, me voici assise dans la salle d'embarquement de notre vol du retour, tentant de relater ce que ce week-end a signifié. 
D'une part, Terry et Lorena, sa femme, avaient préparé une grande tablée pour 25 personnes et cuisiné le fameux arrosto-polenta! Les rois de l'hospitalité!! Un savoureux repas pantagruélique partagé avec les cousins et zii de Malo que l'on digérera dans quelques semaines probablement, la découverte du karaoké pour certains (non, je ne plaisante pas, je vous jure..) et un lachez prise pour d'autres (en effet, j'ai pu observer que chanter en karaoké implique un abandon total de toutes les réserves, de toutes les inhibitions possibles!).. J'ai donc chanté à tue-tête du Celentano et du Ricchi&Poveri, et alors ?!? Ce fut dé-so-pilant!





Les Anciens rayonnaient au milieu de ces trois générations, se disant que toute cette jeunesse a hérité le sens de la joie partagée et des choses simples qui leur a été inculquée : boire, manger, rire et chanter ! Finalement, c'est ce qu'ils ont toujours fait et ... quel bonheur!


D'autre part, cette escapade représensait une opportunité unique pour Martine et moi d'être réunies avec papa, tous les trois ensemble, pour son anniversaire. Une journée dans la plus pure coolitude! Petit-dèj en bavardant, petit apéro en rigolant( avec un bis ), petit resto en se délectant, où Michele nous a rejoints, le tout suivi d'un après-midi "cadeaux"réjouissant où papa a découvert le plaisir de faire plaisir. Je m'explique; peu enclin aux bons sentiments et au plaisir des cadeaux à moins que ceux-ci ne soient strictement nécessaires et utiles, mon père nous a bluffées toutes les deux en nous proposant de faire les magasins avec nous et de nous laisser choisir ce que nous voulions!
Il découvrait ainsi la satisfaction et les bienfaits des cadeaux, tant pour lui que pour nous. Dans les boutiques de la città, patiemment assis face aux cabines d'essayage, béat et le sourire aux lèvres, il nous donnait son avis sur ce pull, ces chaussures, ce chapeau et nous rassurait sur l'étiquette du prix, nous signifiant que ce nous choisissions était bien.
Somme toute, ses filles étaient avisées et savaient chosir avec intelligence, autrement dit, n'acheter que ce qui est nécessaire car comme chacun sait, nous les femmes, n'achetons que par nécessité, que le strict minimum !...
Enfin, ces quelques jours nous ont ressourcés, nous en avions besoin, le coeur égayé et rempli du baume des moments joyeux, nous nous sommes quittés dans la gratitude allègre et dans la certitude optimiste de recommencer plus souvent, qui sait... bientôt!?



Sur ce, bons baisers de l'aéroport d'où ce billet d'humeur a été écrit pour tous les lecteurs de deuxchatsdanslejardin !

Nath.