mardi 1 septembre 2015

un trip à 2222m d'altitude

avec la forme que j'avais, en fait que je croyais avoir mais que je n'avais ABSOLUMENT PAS et suis tombée de très très haut et ai cessé depuis de me la péter sur ma forme physique, on l'a décidé la veille avec nos potes grands amateurs de montagne et c'est ainsi que j'ai atteint le refuge Benigni de la vallée Brembana, avec une dénivellation de 700m pratiquement toute en escalade sur roche... hyper technique et te-rri-fiante.
Toutefois, quand on prend de l'altitude et qu'on redescend ( le pire, c'est de redescendre d'une montagne!), c'est la fierté du grimpeur qui prime, emballante! Malgré la fatigue immmmmense,  l'acide lactique qui vous sort des oreilles et la douleur extrêêême aux jambes de bois courbaturées, la joie est là... Est-ce une question d'adrénaline? de dopamine? Probably.
Ce que j'aime le plus dans les excursions à la montagne, après la marche, le grand air et les panoramas, c'est d'arriver au dit-refuge et me repaître d'un repas de nos montagnes : polenta, cèpes et fromages, arrosés de vin rouge en pichet!


Là, j'ai arrêté de rire..


et je souris d'angoisse mal cachée...


Enfin arrivés!


faisons deux pas après le repas...


un plongeon ?...


Haute de 2222m + 1m64, je suis prête à redescendre.



Là, je suis collante! mais c'est mon guide! 



mon chéri est un escaladeur en herbe et en DM ...!...



on entend le cri des marmottes à nouveau!


Alors qu'on venait d'atteindre le refuge, sur la crête est apparue une famille de chamois, très petits à l'oeil nu, la maman et son petit et des cousins. J'avais avec moi mon appareil-photo et j'ai pu zoomer et fixer la petite famille. 




dimanche 30 août 2015

Dis Michele, et si on allait

au Danemark?
un jour de fournaise de ce mois de juillet incandescent,  rentrée d'une commission, luisante de sueur et assommée de chaleur, j' ai lancé la proposition qui venait de me sauter à l'esprit comme une évidence: Dis Michele, et si on allait au Danemark ? La réponse de mon chéri fut instantanée et ferme : Certo!
Dès lors, j'ai remballé dans un coin de mon cerveau l'idée de partir pour le nord de la France ( aussi caniculaire qu'ici donc hors de question), je me suis procurée un catalogue et le Lonely Planet pour avoir une idée d'un itinéraire de 7 jours au Danemark et le lendemain après-midi... le road-trip danois était organisé! abouti! clôturé.
De mon ordi, tout fut ponctualisé dans les moindres détails, les vols, les logements, la location de la voiture! Une efficacité et une rapidité qui racontent l'ampleur de mon ambition et du désir de partir là... :-)
La chaleur qui m'étouffe est une des raisons, certes. Mais encore...

En vérité, tout a commencé le jour où, il y a une quinzaine d'années de cela, j'ai lu le livre de Philippe Delerm qui racontait l'art de peindre la lumière des Impressionnistes Scandinaves à la fin du XIXème. Ce livre avait fait naître en moi le rêve d'aller un jour voir la lumière magique, le bleu lait des mers qui se rencontrent, à la pointe extrême du Danemark, l'aboutissement d'une dune de sable blanc, les derniers mètres de cette terre où on se croirait à la fin du monde : je rêvais d'aller à Skagen.
Après toutes ces années où le projet sommeillait, ce lieu a gardé intact en moi tout son attrait, son magnétisme. J'avais tellement absorbé les images qui imprégnaient la lecture du livre et si intensément eu la projection mentale de cette plage du cap que tout était intact; le souhait, l'intérêt.

Ainsi, partirions-nous le 29 juillet.


Arrivés sur place mon premier achat est un bonnet. Brrrrrrrrrrrrr


Notre itinéraire, grosso modo : Copenhagen - l'île de Møn - Odense - Skagen - Vejle


La bière est bonne!


pénétrer dans la fameuse communauté, là où "les dragons existent"!


MØN ISLE!
et deux jours de randonnées.


les falaises de Klint Møns, vues de haut, du bas et de la mer. Ici, de la forêt qu'il faut traverser pour y accéder.





La village de pêcheurs où on passait notre temps à chercher un endroit où manger et à défaut, on regardait, béats,  Klintholm Havn.




pique-niquer avec les moyens du bord.


et repartir sur nos deux roues voir l'infinitude de ce qui nous entoure sur une île.




rencontrer une faune qui somnole




SKAGEN!
Allons au bout du monde, la pointe de Grenen! Là où se rencontre les deux mers!
Altitude : 5m






La lumière y attira la célèbre colonie d'artistes danois à la fin du XIXème, dont Krøyer. 



Après tous les kilomètres parcourus sur nos bicyclettes, mangeons! (de tout), dormons! (beaucoup) et repartons!




Un couvre-chef indispensable ici, le vent t'arracherait les oreilles!

Et après la lumière, cette couleur...


L'hôtel Brondums où séjournèrent les Impressionnistes danois.


Le phare d'où la vue et le vent nous coupaient littéralement le souffle!


et la plage où on fait des aller-retour sans se lasser.



on remange, n'importe quoi pourvu que ce soit bourré de saloperies pleines de calories!


Ici, ce panneau indique une splendide journée pour se baigner dans la mer Baltique... 


Alors, j'y vais. ^.^


Arrivés à Vejle, une splendide soirée nous attend, dans un silence de conte de fée.


nous pique-niquerons là. 



L'aube du dernier jour est cordiale comme une invitation à revenir.


This was how a dream came true.